Saut au contenu

Environnement et développement durable

Très tôt, l’Agglo a fait du développement durable une priorité. Elle met tout en œuvre pour assurer au territoire un développement responsable et solidaire, entre les habitants d’aujourd’hui et ceux des générations futures.

Environnement et développement durable

Le développement durable doit permettre de corriger les impacts négatifs de notre mode de vie sur la planète et sur les hommes. Par choix et par nécessité liée à sa situation littorale, l’Agglo agit dans tous les domaines qui relèvent de sa compétence (déchets, eau, environnement, transports, habitat, politique de la ville…) pour lutter contre le changement climatique, préserver la biodiversité et les ressources naturelles, pour une plus grande solidarité et cohésion sociale.

Pionnière en matière d’écologie urbaine il y a 40 ans, elle demeure une référence et un territoire d’expérimentation dans le domaine des déplacements propres. Au-delà de la mobilité, elle agit aujourd’hui sur tous les champs du développement durable à travers la mise en œuvre de ses politiques publiques et, en interne, dans son fonctionnement et son organisation.

Agir durablement

En 2014, l’adoption de l’Agenda 21 a marqué la volonté de l’Agglo de mettre en cohérence les actions déjà engagées et d’en définir de nouvelles, pour une meilleure prise en compte des enjeux de développement durable sur son territoire. Grâce à son engagement, à celui des élus, des citoyens, des acteurs sociaux économiques, associatifs et éducatifs, la centaine de mesures contenues dans l’Agenda se concrétise progressivement.

En parallèle, de nombreux programmes d’actions traduisent la volonté de transition et d’adaptation de l’Agglo. Ils concernent les déplacements, les déchets, le bruit, le changement climatique et l'énergie… et, plus largement, l’évolution vers un aménagement plus durable.

La fabrique du territoire de demain, la transition énergétique et économique, le vivre ensemble, le bien-être humain, la préservation des ressources naturelles sont autant de défis pour l’agglomération.

Chaque année, le « Rapport de développement durable » témoigne des différentes facettes de l'engagement, des actions et des politiques publiques de l'Agglo dans ce domaine.

Economies d'énergie

L’Agglo est engagée dans une politique de réduction des dépenses énergétiques, cela à travers de nombreux programmes : Charte de Construction Durable, Plan Climat Énergie… Au niveau individuel, chacun peut aussi agir et s’informer auprès de l’Espace Info Énergie.

Espace Info Energie

Créé par l'ADEME (Agence pour le Développement et la Maîtrise de l'Energie) et géré par l'Agglo, l'Espace Info Energie a pour mission de fournir des conseils gratuits et indépendants aux particuliers concernant l'énergie dans leur logement.

Si vous entreprenez des travaux de rénovation ou de construction, il vous apporte des informations sur l'isolation, le chauffage, la production d'eau chaude sanitaire, la ventilation... ainsi que sur toutes les aides dont vous pouvez bénéficier.

N'ayant pas une vocation commerciale, l'Espace Info Energie ne vous fournira pas d'adresse d'entreprise. En revanche, il peut vous orienter vers des labels de qualité reconnus.

Espace Info Energie

CDA de La Rochelle, Service Environnement
16 rue Jacques de Vaucanson, 17180 Périgny
Tél. 05 46 30 37 73 | Envoyer un courriel 

Du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h par téléphone et sur RDV
Les mercredi et jeudi de 9h à 12h et de 14h à 17h sans RDV

Aide à la rénovation thermique des logements

L'Agglo a mis en place un dispositif d'aide à la fois technique et financière pour les ménages dont les revenus ne dépassent pas un certain barème (en deçà de ce seuil, il existe un autre dispositif géré par l'ANAH, agence nationale pour l'amélioration de l'habitat). L'aide de l'Agglo concerne les logements de plus de 15 ans occupés par leurs propriétaires, ce qui exclut les résidents secondaires ou les bailleurs.

La 1ère étape consiste à prendre rendez-vous à l'Espace Info Énergie. Un conseiller est là pour vous répondre. Avec le propriétaire, il établit un diagnostic des consommations d'énergie du logement. Ensuite, il propose différents scénarios plus ou moins ambitieux de rénovation : comment agir et dans quel ordre ? faut-il isoler la toiture ? les murs ? rénover les huisseries, s'équiper d'une nouvelle chaudière ?...

L'aide est accordée si le projet vise au moins 25 % d'économie d'énergie. Son plafond est fixé à 3 000 €. Cette somme vient en complément d'autres aides de la Région et de l'État en faveur des économies d'énergie dans le bâtiment : le cumul de ces dispositifs couvre généralement 60 à 70 % du coût des travaux.

Le conseiller énergie accompagne également le propriétaire dans le montage du dossier financier.

Plan Climat Energie Territorial

Destiné à la lutte contre le changement climatique, le Plan Climat Energie Territorial (PCET) de l'Agglo à réduire les émissions de gaz à effet de serre et à définir une stratégie d'adaptation du territoire au changement climatique.

Le Plan Climat Energie

Le PCET impose aux collectivités de plus de 50 000 habitants d'évaluer les GES dont elles sont à l'origine. Au regard de l'importance des enjeux, l'Agglo a choisi d'aller au-delà des exigences réglementaires et de porter son PCET à l'échelle de son territoire. Ce sont donc deux Bilans Carbone qui ont été réalisés :

  • l'un mesure l'impact des services et des prestataires de la collectivité
  • l'autre évalue la production de GES de l'ensemble des acteurs de l'agglomération : habitants, entreprises, communes…

Le Plan d'Action Concerté

A partir du diagnostic des émissions de GES précédent et d'une analyse des vulnérabilités du territoire face aux risques climatiques, un plan d'action concerté a été co-construit dans un double objectif :

  • atténuer la contribution de l'agglomération au changement climatique en réduisant ses émissions de GES,
  • adapter notre territoire aux conséquences futures du phénomène (tempêtes, canicules, inondations, virus...)

Elaboré en concertation avec les associations d'usagers, les comités de quartier, les entreprises… puis adopté en avril 2015, le PCET de l'Agglo se compose de 37 actions réparties sur 6 axes :

  • Préparer le territoire rochelais aux conséquences du changement climatique
  • Organiser et construire un territoire sobre en carbone
  • Mobiliser les acteurs du territoire dans la lutte contre le changement climatique
  • Faciliter l'adoption de modes de déplacement moins carbonés
  • Réduire l'impact carbone des prestataires de l'Agglo
  • Vers une collectivité exemplaire.

Sa mise en œuvre permettra à l'Agglo de s'engager sur la voie du « Facteur 4 » (division par 4 de nos émissions de GES en 2050 par rapport à leur niveau de 1990).

Familles à énergie positive (FAEP)

Familles à Energie Positive : qu'est-ce que c'est ?

« Familles à Energie Positive » est un défi dont l'objectif est de mobiliser le grand public sur les économies d'énergie. II se déroule pendant toute la saison de chauffage, du 1er décembre au 30 avril.
 
Les familles participantes s'engagent à réduire leur consommation d'énergie d'au moins 8% et le poids de leurs poubelles, en modifiant quelques habitudes quotidiennes.

Consommer moins d'énergie permet d'émettre moins de CO2 et de lutter contre le changement climatique.

"Penser global, agir local" : tous gagnants !

C'est le progrès global des concurrents qui est évalué : peu importe d'où l'on part, l'essentiel est de progresser ensemble. Tout au long du défi, un capitaine d'équipe en lien avec un conseiller énergie aura pour mission de vous accompagner pour progresser dans vos économies d'énergie.

Participez, relevez le défi !

Il suffit de rejoindre une équipe ou d'en former une avec ses amis, ses voisins de quartier ou ses collègues. 

Inscrivez-vous

Tél. 05 46 30 37 73 | Envoyer un courriel | Inscription en ligne

Les coulisses du concours FAEP 2012 - 2013

Sensibilisation au développement durable

Nous pouvons tous devenir des éco-citoyens afin de préserver nos ressources, notre lieu de vie, notre bien-être à long terme. L'Agglo, à travers l'Unité pédagogique développement durable, met à disposition de nombreux interlocuteurs et ressources pour mieux connaître les éco-gestes et réduire son empreinte écologique.

Le centre de ressources

De la documentation à consulter ou à emprunter

Le centre de ressources de l'Unité pédagogique Développement Durable propose de nombreuses ressources pédagogiques sur de multiples thèmes liés au Développement Durable : ouvrages, CD, DVD, DVD-Rom, jeux, dépliants, brochures … à consulter sur place ou disponibles au prêt (gratuitement sous convention). Certains de ces documents sont aussi accessibles en ligne.

Des expositions thématiques et des outils pédagogiques

Destinées à tous les acteurs souhaitant mettre en place des actions et démarches pédagogiques, ces ressources permettent d'illustrer, de sensibiliser et de former petits et grands aux thématiques et enjeux du développement durable. La liste des expositions et des outils pédagogiques disponibles est téléchargeable. Ces ressources sont disponibles au prêt sous convention, y compris en dehors de l'agglomération rochelaise.

L'équipe de l'unité pédagogique Développement Durable peut vous aider à mettre en place vos actions et vous orienter sur les ressources adaptées à votre projet.

Des animations pédagogiques

L'Unité pédagogique propose des animations pédagogiques spécifiques en lien avec le développement durable :

  • « un sac plastique ? non merci ! Passez au furoshiki ! »
  • « Calculez votre empreinte écologique »
  • « L'effet papillon » : Cet outil de formation est destiné aux adultes pour les sensibiliser au développement durable.
  • « Un peu, beaucoup, passionnément » : Un jeu coopératif pour les collectivités, associations ou toute autre structure désirant sensibiliser son public à la gestion différenciée et à la nature en ville.

Elle participe également avec ses partenaires :

  • A la conception d'animations et d'outils pour tous les publics
  • Aux manifestations annuelles au sein de l'Agglo : la Semaine du Développement Durable, la Semaine pour les Alternatives aux Pesticides, Prairial (Messidor), la Semaine de la Mobilité, la Journée Mondiale de l'Océan, ...

Un relais des actions au sein de l'Agglo

L'agenda du Développement Durable

Un agenda du développement durable est édité trois fois par an pour recenser et présenter tous les évènements produits sur le territoire de l'agglomération rochelaise sur le thème du développement durable. Chaque édition (Mars - Mai / Juin - Aout / Sept. - Déc) est disponible en ligne, distribuée dans les lieux publics et disponible sur simple demande.

Professionnels, associations, services publiques : si vous disposez d'un espace de diffusion et souhaitez recevoir l'agenda, ou faire part des évènements en lien avec le développement durable que vous organisez, contactez l'Unité Pédagogique Développement Durable.

Le Réseau des Acteurs du Développement Durable de l'Agglomération Rochelaise (RADDAR)

L'Unité Pédagogique Développement Durable travaille avec de nombreuses associations et institutions, et co-anime notamment le RADDAR. C'est un réseau constitué de structures privées, publiques et associatives partageant des valeurs et ambitions communes autour de l'éducation vers un développement durable sur le territoire. Il met en place des actions partenariales : projet éducatif, outils pédagogiques, évènementiels, outils de communication, formations... 

Une offre éducative vers un développement durable pour les scolaires et parascolaires

Le RADDAR a mis en place un projet éducatif à destination des scolaires et parascolaires. Il est basé sur la volonté commune de mener des actions éducatives de terrain, sans discours culpabilisant et fondé sur des éléments scientifiques et sociétaux.

Il s'articule principalement autour de trois grands axes :

  • Climat Air/Energie
  • Biodiversité d'ici et d'ailleurs
  • Vivre le littoral

A ces trois axes, s'ajoutent des axes transversaux tels que le développement durable, l'eau, les déchets, la santé...

Les axes se déclinent en plusieurs "parcours pédagogiques" co-animés par les membres du réseau RADDAR. Ces parcours comprennent :

  • Les animations (dans la structure ou hors structure)
  • Les visites de sites
  • Les ressources (en prêt, à télécharger)

L'intervention dans la structure demandeuse est co-instruite avec l'enseignant ou l'animateur.

Unité Pédagogique Développement Durable : Accueil physique

CDA de La Rochelle, Service Environnement
16 Rue de Vaucanson, 17180 Périgny
Tél. 05 46 30 35 68 | Envoyer un courriel

Unité Pédagogique Développement Durable : Adresse postale

Unité Pédagogique Développement Durable, Service Environnement
Hôtel de la Communauté d'Agglomération de La Rochelle
6 Rue Saint Michel CS 41 287
17 086 La Rochelle cedex 02

Agenda 21

Programme d'actions stratégique, l'Agenda 21 de l'Agglo est destiné à assurer le développement durable du territoire en combinant croissance économique, protection de l'environnement, équité sociale et épanouissement humain.

Pendant 3 ans, il a été élaboré en concertation étroite avec tous ceux qui vivent ici et font vivre le territoire, à travers une enquête d'opinion, des grandes réunions publiques «Forum 21», des ateliers de travail thématiques avec les habitants et les professionnels, un site internet et un forum en ligne dédiés.

Le programme d'actions a été adopté le 27 février 2014 autour de 8 axes

  • Vivre ensemble : cet axe vise la cohésion territoriale à travers l'accès de tous (dont seniors, familles monoparentales ou personnes en situation de handicap) aux fonctions urbaines (logement, emploi, transport, culture, commerces, nature).

  • Vivre autrement : vise le développement des pratiques vertueuses et des outils stratégiques favorisant le développement urbain durable. Il est notamment proposé une stratégie de l'agglomération en termes de planification et de gestion des équipements structurants et la définition de secteurs à enjeux d'intérêts communautaires dans différents secteurs clés du développement durable : habitat, zones d'activités, trame verte et bleue, activité agricole.

  • La lutte contre les changements climatiques et l'adaptation à ces changements : les propositions d'actions de cet axe sont détaillées dans le Plan Climat Energie Territoire (PCET), volet énergie de l'Agenda 21.

  • La protection et la valorisation des ressources naturelles via le développement d'actions de gouvernance territoriale de l'eau, le développement de l'économie circulaire de l'eau, le développement de la trame bleue et de ses interconnexions avec la trame verte, l'application du concept de biodiversité positive aux aménagements de l'Agglo, le développement de la connaissance de la biodiversité et son suivi.

  • Le développement de l'économie verte via l'écologie industrielle, la mise en réseau des acteurs, le développement des achats publics responsables et le lien entre l'emploi des jeunes et la responsabilité sociétale des entreprises.

  • S'adapter aux changements et être acteur grâce aux actions de sensibilisation et d'éducation au développement durable qui vont accompagner les actions de l'Agenda 21, mais aussi le développement de la participation.

  • Prendre en compte le bien être humain : cet axe vise à développer les indicateurs en matière de bien être humain, de santé et d'environnement. Une action exemplaire propose la promotion des zones de calme comme compensation à la densification des tissus urbains existants et facteur de résilience de la ville en matière de biodiversité, de changement climatique et de lutte contre le bruit (une approche intégrée des problématiques urbaines).

  • Développer les solidarités et la coopération : les actions présentes dans cet axe proposent de développer la mutualisation autour des questions de développement durable, mais aussi la coopération au niveau européen sur les enjeux de la ville durable.

Chacune des actions est décrite avec précision à travers ses objectifs, son calendrier de mise en œuvre (court, moyen ou long terme), les moyens humains et financiers à mobiliser. Soit près de 100 actions et mesures concrètes, dont le déploiement est programmé sur cinq ans (2014 - 2018).

Un Agenda 21 n'est cependant pas figé. Les politiques engagées et actions menées seront évaluées en permanence, de manière concertée, de façon à les adapter toujours mieux à leurs objectifs. Pour cela, des indicateurs de suivi et d'évaluation ont été définis, conformément au Référentiel National d'évaluation.

La lettre de l'Agenda21

Qualité de l'environnement

Chaque usager de l'Agglo peut avoir accès aux informations concernant la qualité de l’air, la qualité de l’eau et le niveau sonore de son environnement.

Qualité de l'air

ATMO Nouvelle-Aquitaine surveille quotidiennement la qualité de l'air sur toute la région. Reconnue par le Ministère de l'Environnement, l'association fait partie, au plan national, du réseau ATMO ce qui l'oblige à veiller à la pertinence de ses mesures et à les rendre publiques.

L'association est composée de plusieurs collèges qui assurent son fonctionnement et son budget : l'Etat, les collectivités locales, des industriels, des experts et des associations.

Les missions d'ATMO Nouvelle-Aquitaine

  • inventorier les sources de pollution atmosphérique
  • mesurer la pollution de l'air que nous respirons
  • alerter en cas de pic de pollution
  • contrôler les données recueillies
  • les diffuser : site Internet, rapports d'études, bulletins d'information...

Qualité de l'eau

Eau du robinet

L'Agglo ne gère pas la distribution d'eau du robinet. Cela étant, c'est le produit alimentaire le plus contrôlé, depuis la ressource jusqu'à la distribution. Les résultats des analyses de l'eau sont consultables dans votre mairie.

Quel est le taux de nitrates dans l'eau ?

Le taux de nitrates varie selon la saison et l'origine des approvisionnements. Il est toujours inférieur à la norme de 50 mg/l. L'excès de nitrates peut être néfaste pour les populations les plus fragiles en provoquant une méthémoglobinémie (mauvais transfert d'oxygène vers les cellules). On peut le faire baisser de différentes manières, par exemple en appliquant des traitements spéciaux, ou en menant une politique de prévention auprès des agriculteurs utilisant des produits au nitrate.

Quel est le taux de calcaire dans l'eau ?

Le calcaire est présent à l'état naturel dans l'eau des ressources, et se retrouve dans l'eau distribuée à la population. Dans notre région, la dureté de l'eau est élevée, en général entre 30 et 35°TH - Titre Hydrotimétrique -, la valeur idéale étant comprise entre 15 et 25°TH. Ce n'est pas un problème pour la santé. Les inconvénients d'ordre domestique (entartrage de canalisation, traces…) peuvent être résolus individuellement.

Peut-on boire l'eau de son puits ?

Pourquoi pas, si elle est potable en permanence et de façon vérifiée par un laboratoire d'analyses. Ceci n'est généralement pas le cas, et il est préférable de s'en servir pour autre chose (arrosage du jardin...). Il est strictement interdit de brancher l'eau de son puits sur le réseau d'eau potable. Vous pourriez être responsable d'un retour d'eau polluée vers le réseau public, qui pourrait avoir de graves conséquences.

Eaux rejetées

L'Agglo procède à un suivi rigoureux de la qualité des eaux rejetées, en particulier autour de la station d'épuration de Port-Neuf, où les rejets se font en milieu marin. Pour tout renseignement à ce sujet, chacun peut consulter le rapport annuel sur le prix et la qualité du service public d'assainissement des eaux usées.

Des visites de sites

Pour en savoir plus sur la chaine de traitement des eaux usées et mieux comprendre son fonctionnement, vous avez la possibilité de visiter certains pôles épuratoires.

  • Réservez une visite en groupe

Eaux de baignade

L'Agence Régionale de la Santé réalise chaque été le suivi sanitaire des eaux de baignade. Les résultats sont consultables :

Pour connaître la réglementation sur les eaux de baignade, vous pouvez également consulter le site Internet du Ministère de l'environnement, de l'Energie et de la mer.

Logo Atmo Nouvelle-Aquitaine

Tous les jours, ATMO publie un indice de la qualité de l'air près de chez vous, défini selon des mesures détaillées en fonction de la nature des polluants. Consultez l'indice de qualité de l'air actuellement près de La Rochelle.

Zones de pêche et biodiversité marine

L'Agglo participe à d'importants travaux et actions de préservation de la qualité de l'eau et des milieux naturels. Elle sensibilise les particuliers et professionnels de la mer aux pratiques de pêche durable, notamment concernant la pêche à pied de loisirs. Elle participe également à la surveillance de la qualité de l'eau pour les zones de baignade, la conchyliculture, les activités portuaires.

Prévention du bruit

Recueil d'actions à mener pour prévenir les nuisances sonores et protéger les zones calmes, le Plan de Prévention du Bruit dans l'Environnement de l'agglomération rochelaise a été approuvé en Conseil communautaire le 27 février 2014.

L'Agglo a réalisé en 2012 une carte de l'environnement sonore, divisant le territoire en 54 secteurs. Pour chacun d'entre eux, ont été mesurées les sources permanentes de bruit (trafic routier, ferroviaire et aérien ; activités industrielles). Les sources occasionnelles (de voisinage ou liées aux activités de loisirs) n'étant pas prises en compte.  Cette analyse a permis de mettre en place une Cartographie du bruit, identifiant des zones « calmes » à préserver, et des zones « de dépassement » à traiter.

Risques majeurs

Compte tenu de sa situation littorale et de la nature de ses industries, l'agglomération de La Rochelle est susceptible d'être touchée par des phénomènes exceptionnels, naturels ou résultant de l'activité humaine. Si tout est mis en œuvre par les pouvoirs publics pour prévenir, anticiper et prévoir ces situations, il appartient aussi à chaque citoyen de s'informer sur les dangers potentiels et les conduites à tenir pour assurer sa propre sécurité et celle des autres.

Le territoire de l'agglomération rochelaise est exposé à 6 types de risque majeur

  • 4 risques naturels : érosion et submersion marine, séisme, mouvements de terrain, risques météorologiques
  • 2 risques technologiques : industriel, transport de matières dangereuses.
Le signal d'alerte

En cas d'évènement nécessitant une mise à l'abri, l'alerte est donnée par les sirènes. Elles émettent un son caractéristique en trois séquences de 1mn 41sec, espacées de 5 secondes de silence. Une fois le danger écarté, les sirènes émettent le signal de fin d'alerte, un son continu de 30 secondes.

Les bons réflexes

Il existe pour chaque risque des mesures spécifiques, détaillées dans le Document d'Information Communal sur les Risques Majeurs. Les conduites à tenir dans la plupart des situations sont :

  • Se mettre à l'abri
  • Ecouter la radio (France Bleu La Rochelle-98.2) et respecter les consignes des autorités
  • Ne pas aller chercher ses enfants à l'école
  • Ne pas téléphoner afin de libérer les lignes pour les secours d'urgence.

Pour aller plus loin

Le 5 juillet 2012 était organisé* à La Rochelle un colloque ayant pour thème « Quelle place pour le risque technologique dans la ville du XXIème siècle ? ».

Près de 10 ans après le vote de la loi Bachelot de 2003 relative à la prévention des risques technologiques et naturels et à la réparation des dommages, cette rencontre a permis aux  élus et techniciens des collectivités locales, aux représentants de services de l'État et aux industriels de réfléchir aux différents moyens d'appréhender les risques technologiques majeurs dans les politiques d'aménagement urbain.

* par l'association Amaris, la Communauté d'Agglomération et la Ville de La Rochelle, en partenariat avec l'association des Assises des risques, l'Université de La Rochelle et le Syndicat Mixte La Rochelle-Rochefort.

Zones de pêche et biodiversité marine

Un accord de programmation entre l'Agglo, la Régie du Port de plaisance, le Grand Port Maritime et les agences de l'eau Loire-Bretagne et Adour-Garonne dote le territoire de 6,9 M€ d'aides financières entre 2015 et 2017 pour financer 21 M€ de travaux et actions de préservation de la qualité de l'eau et des milieux naturels.

Avec 70 kilomètres de côtes et 9 communes sur 28 en bord de mer, l'agglomération rochelaise profite d'un positionnement privilégié sur la façade atlantique. La bonne qualité des eaux de la baie de La Rochelle, celles d'Aytré, Châtelaillon ou Yves au sud et Esnandes au nord est donc une priorité. Non seulement pour la biodiversité, mais aussi pour la pérennité des cultures marines et de l'activité liée au tourisme. Elle représente l'enjeu majeur de cet accord de programmation avec les agences de l'eau. Elle implique des actions dans le domaine de l'assainissement (notamment la réhabilitation des réseaux de collecte des eaux usées), de la collecte et du traitement des eaux de pluie (création de nouveaux bassins pour le pluvial…). Le Port de plaisance et le Grand Port Maritime engagent également des travaux et actions sur leurs domaines. Avec l'Agglo, ils mènent des actions de sensibilisation et se sont associés pour assurer un suivi de la qualité de l'eau.

Actions de sensibilisation

Parallèlement aux travaux importants et études menées dans le cadre de l'accord de programmation, des actions sont conduites auprès des particuliers, des collectivités, des industriels et professionnels de la mer.

Pêche à pied de loisirs

L'une d'entre elles porte sur une meilleure connaissance des pêcheurs à pied et de leurs pratiques. La pêche à pied récréative est de plus en plus pratiquée. Pour mesurer l'impact d'une telle fréquentation du littoral et imaginer les outils d'une pêche durable, un programme européen « Life+ » est engagé pour 4 ans (2013-2017) sous l'égide de l'Agence des aires marines protégées.

L'Agglo y participe et cofinance les opérations sur ses côtes. 23 points de pêche à pied sont repérés. L'E.C.O.L.E de la mer mène sur place des enquêtes pour mesurer l'impact de la pêche à pied sur la ressource en coquillages et crustacés, mieux connaître et caractériser les pêcheurs et leurs habitudes de pêche. Elle les compte et les informe sur les pratiques respectueuses du milieu naturel, lors de « marées de sensibilisation ».

Programme Vague bleue

Citons également le programme Vague Bleue de sensibilisation des industries nautiques qui a pour objet de collecter dans des filières spécifiques les déchets de type antifooling, peintures, résines, bidons ou pinceaux souillés.

Suivi et surveillance de la qualité de l'eau

L'Agglo, le Port de plaisance et le Grand Port Maritime se sont également associés pour mener des campagnes de mesure de la qualité de l'eau, en cohérence avec celles conduites par l'IFREMER, l'Agence Régionale de Santé et le Département de Charente-Maritime. Suivant des protocoles similaires, 1 à 2 contrôles chimique et bactériologique sont menés ainsi qu'un suivi de la biodiversité.

L'objectif est de disposer d'un suivi harmonisé de la qualité écologique sur la zone littorale pour évaluer la pertinence des actions entreprises et mettre en évidence les actions futures.

Des zones à forts enjeux ont été définies : zones de baignade, conchyliculture, activités portuaires… Avec le soutien des agences de l'eau, le Grand Port Maritime finance les analyses de prélèvements autour de La Repentie et le Port de Plaisance autour du Phare du Bout du Monde. L'Agglo prend à sa charge celles concernant la baie d'Esnandes, Port Neuf, Chatelaillon-Les Boucholeurs.

Prévention du bruit

En application de Directive Européenne 2002/49/CE du 25 juin 2002 relative à l'évaluation et à la gestion du bruit dans l'environnement, les agglomérations de plus de 100 000 habitants doivent cartographier le bruit et élaborer un Plan de Prévention du Bruit dans l'Environnement (PPBE) sur leur territoire. Une démarche dans laquelle est engagée l'agglomération de La Rochelle.

Cartographie du bruit de l'Agglo

Les cartes de bruit sont destinées à donner une représentation de l'exposition au bruit des populations sur un territoire donné. Elles sont élaborées à partir d'une évaluation de terrain et doivent être réactualisées tous les 5 ans.

La carte de bruit de l'agglomération rochelaise a été établie en divisant le territoire en 54 secteurs. Pour chacun, ont été mesurées les sources permanentes de bruit : trafic routier, ferroviaire et aérien ;  activités industrielles.  Les sources occasionnelles comme les bruits de voisinage ou liées aux activités de loisirs ne sont pas prises en compte. Cette analyse a permis d'identifier des zones dites « calmes » à préserver, et des zones « de dépassement » à traiter.

Analyse du bruit

Le bruit a été analysé selon trois catégories, pour chacune des communes ci-dessous.

Plan de Prévention du Bruit dans l'Environnement

Conformément à la réglementation européenne, la carte de bruit comprend des graphiques représentant les niveaux de bruit et de nuisance, les populations exposées, ainsi que des éléments qui ont permis d'élaborer un Plan de Prévention du Bruit dans l'Environnement (PPBE). Recueil d'actions à mener pour prévenir et réduire les nuisances sonores, et protéger les zones calmes, le PPBE de l'agglomération rochelaise a été approuvé en Conseil communautaire le 27 février 2014.

Le plan d'actions s'articule principalement autour :

  • de la réduction du bruit généré par les infrastructures routières et ferroviaires
  • de la délimitation des zones calmes et de la mise en place d'actions visant à les préserver
  • de l'incitation à mener des opérations de rénovation du patrimoine bâti, ou à profiter de celles qui sont prévues pour y inclure la problématique du bruit
  • de la prévention de l'apparition de nouvelles nuisances sonores
  • de la sensibilisation et de la formation
  • du suivi

Le bilan du PPBE se fera tous les 5 ans, conformément aux dispositions réglementaires. Le suivi des actions sera réalisé annuellement par la Communauté d'Agglomération. L'avancée de la mise en place de ces actions fera l'objet d'une présentation régulière au sein des instances concernées afin d'assurer un partage de l'information avec les partenaires.

Biodiversité

Pour respecter et favoriser la biodiversité, les jardiniers et paysagistes choisiront une végétation adaptée à leur lieu de vie. Une démarche également suivie au niveau communal, avec l'aide de la CdA.

Quelles essences planter ?

Il ne faut pas planter n'importe quoi !

Planter des arbres ou des arbustes favorise la biodiversité, à condition de ne pas planter n'importe quoi. Mieux vaut préférer les essences locales (espèces prédominantes dans la région) : ce sont les mieux adaptées à notre sol et à notre climat. Elles favorisent le développement d'insectes et de petits animaux (chauves-souris, oiseaux...). De plus, les espèces locales donnent à notre territoire son caractère, façonné par la mer, les marais et les zones agricoles.

Une liste de végétaux bien adaptés à notre territoire, à sa saisonnalité et aux distances par rapport à la mer a ainsi été recensée par l'Agglo. Comme par exemple le tamaris, arbre résistant aux embruns et au vent.

Dans les espaces publics, le développement des espèces locales est aussi favorisé. On parle alors de replantation raisonnée. L'Agglo apporte une aide financière aux communes afin de soutenir cette démarche.

Principales essences locales recensées

  • Tamaris de France
  • Saule
  • Erable de Montpellier
  • Erable champêtre
  • Chêne vert
  • Chêne pubescent
  • Frêne commun
  • Nerprun alaterne
  • Cormier
  • Charme
  • Noisetier
  • Merisier
  • Poirier commun
  • Sureau
  • Noyer
  • Néfliers
  • Troène commun
  • Cornouiller

Conseils pour entretenir un jardin vivant

La perte de la biodiversité et le réchauffement climatique sont les grandes menaces pesant sur l'espèce humaine. Favoriser la biodiversité dans votre jardin, c'est y entretenir la vie. Cela passe par quelques gestes simples :

  • limiter, voire supprimer les herbicides et pesticides. Pour s'épanouir, la nature a besoin de quelques plantes sauvages, de quelques insectes. De plus, 99% du produit ruisselle et se retrouve dans nos futures eaux de boisson
  • laisser un coin en friche, où les plantes sauvages pourront s'épanouir et attirer papillons, lucanes et autres insectes. Vous pouvez aussi laisser un tas de fagots, où nicheront peut-être des hérissons
  • planter un potager biologique, en choisissant des espèces locales et variées
  • installer des nichoirs pour les oiseaux, une ruche pour les abeilles...
  • privilégier toujours les espèces locales, et éviter les plantes exotiques qui se développeront au détriment des espèces de notre terroir. 

Limiter la prolifération des moustiques

Favoriser la vie des insectes est une bonne chose, faire pulluler les moustiques n'est pas souhaitable ! Autour des maisons, dans les eaux stagnantes, se créent souvent des gîtes larvaires, autrement dit des nids servant de lieux de ponte pour les moustiques. Quelques mesures à prendre :

  • démonter et ranger les piscines démontables l'hiver, ou les recouvrir d'une bâche et filtrer l'eau
  • éviter les mauvais raccordements des puisards, fermer la plaque, limiter les eaux stagnantes
  • enlever les feuilles mortes des gouttières pour faciliter l'écoulement de l'eau
  • garder les caves sèches et aérées
  • poser des grillages sur les aérations de caves, les évents de fosses, les bidons récupérateurs d'eau de pluie..
  • élever des poissons rouges, mangeurs de moustiques, dans les bassins d'ornement
  • nettoyer les fossés...

Entente Départementale pour la Démoustication du Littoral

1 rue Toufaire 17300 Rochefort | Tél. : 05 46 88 12 34

Trame verte et bleue

La Trame Verte et Bleue traduit les liaisons de biodiversité potentielles sur notre territoire. Il s'agit d'un outil d'aménagement en faveur de la biodiversité, intégré au Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT).

Bleue pour aquatique, verte pour terrestre

La Trame Verte et Bleue traduit un maillage de sites reliés pour former un réseau écologique d'espaces naturels.

Respecter la Trame Verte et Bleue, c'est prendre en compte la nature afin qu'elle ne soit jamais cantonnée à des îlots séparés les uns des autres. En effet, c'est la liaison et la proximité entre les espaces et les espèces qui favorise le brassage génétique, et donc leur survie.

Cette Trame doit non seulement participer à préserver la biodiversité, fortement menacée, mais doit aussi concourir à la préservation de nos paysages et à l'identité de nos territoires.

L'Agglo pionnière dans cette démarche

Bien avant le Grenelle de l'Environnement, l'Agglo avait déjà répertorité les liaisons de biodiversité sur son territoire. Aujourd'hui, la prise en compte de la Trame Verte et Bleue est une obligation réglementaire.

Elle figure à ce titre dans le Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT). Concrètement, cela se traduit par des mesures inscrites dans les Plans Locaux d'Urbanisme, les zones d'aménagements, au niveau des constructions d'ouvrages ou simplement d'habitations : protection des haies, plantations de franges paysagères pour favoriser les liaisons, végétalisation des limites entre les parcelles, ou des toitures, par exemple.

Pour naviguer sur le site de la Communauté d'Agglomération, veuillez mettre à jour votre navigateur ou utiliser un navigateur moderne.

Ci-dessous quelques liens de téléchargement vers des navigateurs récents :