Saut au contenu

Milieux aquatiques et protection du littoral

Territoire littoral, l'Agglo se doit d'être exemplaire dans la gestion de l'eau. Préserver les personnes et les biens des risques naturels sont au cœur de ses priorités.

Milieux aquatiques et protection du littoral

Parce que l'eau constitue une ressource, mais aussi un risque, la Communauté d'Agglomération a mis en place une stratégie de prévention et de gestion des inondations.

Compétente en matière « d'assainissement pluvial primaire », elle équipe le territoire de bassins de rétention et d'ouvrages de régulation hydraulique. Objectif : éviter les inondations liées au ruissellement des eaux de pluie et rejeter des eaux pluviales de qualité dans le milieu naturel (sol, rivières, marais, mer).

Le "grand cycle" de l'eau

La loi NOTRe* prévoit une montée progressive de nouveaux transferts de compétences des communes aux EPCI d'ici le 1er janvier 2020.
La compétence « Gestion des Milieux Aquatiques et Prévention des Inondations » (GEMAPI) sera ainsi obligatoire au 1er janvier 2018. L'Agglo, déjà en charge du « petit cycle » de l'eau (eau et assainissement), verra son rôle élargi au « grand cycle », incluant le fonctionnement des cours d'eau :

  • aménagement de bassins hydrographiques ;
  • entretien et aménagement des cours d'eau, canaux, lacs ou plans d'eau, y compris leurs accès ;
  • défense contre les inondations et contre la mer ;
  • protection et restauration des sites, des écosystèmes aquatiques, des zones humides et des formations boisées riveraines.

*Nouvelle Organisation Territoriale de la République

Les eaux pluviales et littorales

L'Agglo équipe le territoire de bassins de rétention et d'ouvrages de régulation hydraulique, afin d'éviter les inondations liées au ruissellement des eaux de pluie et rejeter des eaux pluviales de qualité dans le milieu naturel (sol, rivières, marais, mer).

L'agglomération compte 27 bassins de rétention. Ces immenses trous de 2 000 m3 à 25 0000 m3, situés en amont des zones urbaines, permettent de réguler les débits en captant l'eau en excès puis en ouvrant manuellement des vannes au moment opportun. En parallèle quatre lacs artificiels (Port-Neuf, Villeneuve-les-Salines, Maubec et Minimes), situés proches de la mer, permettent de stocker l'eau à marée haute et de la destocker à marée basse. Des équipements auxquels s'ajoutent des stations de pompage, des barrages et des vannes (écluses).

Une compétence partagée

En matière de pluvial, les communes sont particulièrement interdépendantes puisque le ruissellement sur une partie du territoire en pente peut provoquer des débordements sur les terrains d'une autre commune située en aval. C'est pour cette raison que la gestion des eaux pluviales est traitée à l'échelle de l’agglomération et donc des grands bassins versants hydrographiques. En revanche, la gestion du réseau de collecte des eaux pluviales reste de la compétence de chaque commune.

Evacuation des eaux pluviales

Pour un particulier, la gestion de l'eau de pluie n'est généralement pas un problème puisqu’elle s'infiltre dans le terrain. En revanche, à l'échelle du bassin versant, les eaux pluviales ruissellent. L’Agglo est chargée de leur gestion.

Sur un terrain privé

Les eaux pluviales doivent dans la mesure du possible être conservées sur la parcelle. Il est préférable qu'elles s'infiltrent directement dans le sol, soit grâce à un puits d'infiltration (en sol perméable), soit par une tranchée drainante (pour les sols de perméabilité moyenne, ou lorsque la nappe est trop haute). En dernier recours, lorsque les conditions d'infiltration sont défavorables, les eaux pluviales seront collectées puis stockées, avant d'être évacuées vers les réseaux d'eaux pluviales, en débit limité. Enfin, chacun peut récupérer l'eau de pluie pour un usage extérieur (arrosage du jardin...), mais aussi domestique (toilette, lavage linge).

Sur les espaces publics

L’Agglo est chargée des eaux pluviales primaires. Cette question est traitée à l'échelle des grands bassins versants hydrographiques, avec des ouvrages de régulation hydrauliques et des ouvrages de préservation de la qualité des eaux rejetées.

L'Agglo gère plus de 60 ouvrages ; on peut citer par exemple :

  • le lac de Port-Neuf à La Rochelle,
  • le bassin des Franchises à Nieul-sur-Mer,
  • la station de pompage Godechaud à Aytré,
  • la station de lagunage d'Angoulins-sur-Mer, qui permet d'améliorer la qualité des eaux pluviales en baie d'Aytré, ainsi que la biodiversité de ce secteur.

En revanche, l'assainissement pluvial des voiries communales reste une compétence des communes.

Zones de pêche et biodiversité marine

Un accord de programmation entre l'Agglo, la Régie du Port de plaisance, le Grand Port Maritime et les agences de l'eau Loire-Bretagne et Adour-Garonne dote le territoire de 6,9 M€ d'aides financières entre 2015 et 2017 pour financer 21 M€ de travaux et actions de préservation de la qualité de l'eau et des milieux naturels.

UN ACCORD DE PROGRAMMATION AVEC LES AGENCES DE L'EAU

Avec 70 kilomètres de côtes et 9 communes sur 28 en bord de mer, l'agglomération rochelaise profite d'un positionnement privilégié sur la façade atlantique. La bonne qualité des eaux de la baie de La Rochelle, celles d'Aytré, Châtelaillon ou Yves au sud et Esnandes au nord est donc une priorité. Non seulement pour la biodiversité, mais aussi pour la pérennité des cultures marines et de l'activité liée au tourisme. Elle représente l'enjeu majeur de cet accord de programmation avec les agences de l'eau.

Elle implique des actions dans le domaine de l'assainissement (notamment la réhabilitation des réseaux de collecte des eaux usées), de la collecte et du traitement des eaux de pluie (création de nouveaux bassins pour le pluvial…). Le Port de plaisance et le Grand Port Maritime engagent également des travaux et actions sur leurs domaines. Avec l'Agglo, ils mènent des actions de sensibilisation et se sont associés pour assurer un suivi de la qualité de l'eau.

Actions de sensibilisation

Parallèlement aux travaux importants et études menées dans le cadre de l'accord de programmation, des actions sont conduites auprès des particuliers, des collectivités, des industriels et professionnels de la mer.

Pêche à pied de loisirs

L'une d'entre elles porte sur une meilleure connaissance des pêcheurs à pied et de leurs pratiques. La pêche à pied récréative est de plus en plus pratiquée. Pour mesurer l'impact d'une telle fréquentation du littoral et imaginer les outils d'une pêche durable, un programme européen « Life+ » est engagé pour 4 ans (2013-2017) sous l'égide de l'Agence des aires marines protégées.

L'Agglo y participe et cofinance les opérations sur ses côtes. 23 points de pêche à pied sont repérés. L'E.C.O.L.E de la mer mène sur place des enquêtes pour mesurer l'impact de la pêche à pied sur la ressource en coquillages et crustacés, mieux connaître et caractériser les pêcheurs et leurs habitudes de pêche. Elle les compte et les informe sur les pratiques respectueuses du milieu naturel, lors de « marées de sensibilisation ».

Programme Vague bleue

Citons également le programme Vague Bleue de sensibilisation des industries nautiques qui a pour objet de collecter dans des filières spécifiques les déchets de type antifooling, peintures, résines, bidons ou pinceaux souillés.

Suivi et surveillance de la qualité de l'eau

L'Agglo, le Port de plaisance et le Grand Port Maritime se sont également associés pour mener des campagnes de mesure de la qualité de l'eau, en cohérence avec celles conduites par l'IFREMER, l'Agence Régionale de Santé et le Département de Charente-Maritime. Suivant des protocoles similaires, 1 à 2 contrôles chimique et bactériologique sont menés ainsi qu'un suivi de la biodiversité.

L'objectif est de disposer d'un suivi harmonisé de la qualité écologique sur la zone littorale pour évaluer la pertinence des actions entreprises et mettre en évidence les actions futures.

Des zones à forts enjeux ont été définies : zones de baignade, conchyliculture, activités portuaires… Avec le soutien des agences de l'eau, le Grand Port Maritime finance les analyses de prélèvements autour de La Repentie et le Port de Plaisance autour du Phare du Bout du Monde. L'Agglo prend à sa charge celles concernant la baie d'Esnandes, Port Neuf, Chatelaillon-Les Boucholeurs.

Pour naviguer sur le site de la Communauté d'Agglomération, veuillez mettre à jour votre navigateur ou utiliser un navigateur moderne.

Ci-dessous quelques liens de téléchargement vers des navigateurs récents :