Retour

Les eaux pluviales et littorales

Les eaux pluviales et littorales

En matière de pluvial, les communes sont particulièrement interdépendantes puisque le ruissellement sur leur territoire peut provoquer des débordements sur une autre commune située en aval. C'est pour cette raison que la gestion des eaux pluviales est traitée à l'échelle de l'agglomération et donc des grands bassins versants hydrographiques.

UNE COMPÉTENCE GLOBALE

EAUX PLUVIALES PRIMAIRES

L'agglomération est chargée, depuis sa création en 2000, de la gestion des eaux pluviales primaires. Cette mission est exercée à l'échelle des grands bassins versants hydrographiques. L'agglomération a équipé le territoire de bassins de rétention et d'ouvrages de régulation hydraulique, afin d'éviter les inondations liées au ruissellement des eaux de pluie.

L'agglomération compte 27 bassins de rétention. Ces ouvrages de 2 000 m3 à 25 0000 m3, situés en amont des zones urbaines, permettent de réguler les débits en captant l'eau en excès lors des fortes pluies puis en la relachant au moment opportun, et de rejeter des eaux pluviales de qualité dans le milieu naturel (sol, rivières, marais, mer).

En parallèle quatre lacs artificiels (Port-Neuf, Villeneuve-les-Salines, Maubec et Minimes), situés proches de la mer, permettent de stocker l'eau à marée haute et de la déstocker à marée basse. Des équipements auxquels s'ajoutent des stations de pompage, des barrages et des vannes (écluses).

L'agglomération gère ainsi plus de 60 ouvrages ; on peut citer par exemple : 

  • le barrage de la Moulinette à La Rochelle,
  • le barrage des Franchises à Nieul-sur-mer,
  • la station de pompage Godechaud à Aytré,
  • la station de lagunage d'Angoulins-sur-Mer, qui pemet d'améliorer la qualité des eaux pluviales en baie d'Aytré, ainsi que la biodiversité de ce secteur.

EAUX PLUVIALES URBAINES

Depuis le 1er janvier 2020, l'Agglomération est également compétente en matière de gestion des eaux pluviales urbaines (GEPU) et doit à ce titre gérer la collecte, le stockage éventuel et, si besoin, le traitement des eaux pluviales et de ruissellement des zones urbaines de l'agglomération.

Evacuation des eaux pluviales

Pour un particulier, la gestion de l'eau de pluie n'est généralement pas un problème puisqu’elle s'infiltre dans le terrain. En revanche, à l'échelle du bassin versant, les eaux pluviales ruissellent. L’Agglo est chargée de leur gestion.

Sur un terrain privé

Les eaux pluviales doivent dans la mesure du possible être conservées sur la parcelle. Il est préférable qu'elles s'infiltrent directement dans le sol, à faible profondeur. En dernier recours, lorsque les conditions d'infiltration sont défavorables, les eaux pluviales seront collectées puis stockées, avant d'être évacuées vers les réseaux d'eaux pluviales, en débit limité. Enfin, chacun peut récupérer l'eau de pluie pour un usage extérieur (arrosage du jardin...), mais aussi domestique (toilette, lavage linge).

Sur les espaces publics

La Communauté d'Agglomération de La Rochelle (CdA) mène depuis de nombreuses années une politique vertueuse en matière de gestion des eaux pluviales en privilégiant les techniques alternatives.

Aujourd'hui, la CdA souhaite aller plus loin et intégrer la gestion des eaux pluviales dans ses projets de requalification urbaine en favorisant l'infiltration "à la source" et la gestion intégrée des eaux pluviales(GIEP). Cette démarche de sésimperméabilisation des sols, outre les bienfaits attendus en termes de : 

- prévention des inondations,

- réduction des îlots de chaleur,

- qualité de l'environnement urbain et des aménagements paysagers,

doit également permettre de limiter la pollution pluviale rejetée au milieu récepteur (marais, océan) et ainsi favoriser la biodiversité.