Saut au contenu

Eaux usées

L'Agglo prend en charge tout ce qui relève de l’assainissement des eaux usées. Elle gère également le réseau pluvial primaire dans l’objectif de restituer au milieu naturel des eaux de la meilleure qualité possible.

Traitement des eaux usées

L'Agglo s'est engagée dans un Schéma communautaire des ouvrages épuratoires qui vise à remplacer les anciennes stations d'épuration par quatre pôles épuratoires mieux répartis sur le territoire, plus performants et plus durables.

Parfaitement intégrés dans leur environnement, ils ne génèrent aucune nuisance olfactive ni sonore. Les process technologiques choisis permettent d'éviter l'utilisation de produits chimiques, au profit d'une épuration mécanique, physique et biologique non polluante.

En 13 ans, sur la période 2002/2015, 67 M€ ont été consacrés à la construction des 4 grands pôles épuratoires de La Rochelle, Sainte-Soulle, Châtelaillon-Plage et Marsilly, en remplacement des 9 anciennes stations d'épuration (à l'échelle des 18 communes).

Avec le nouveau pôle épuratoire nord, mis en service au printemps 2017, la réalisation du Schéma directeur des pôles épuratoires, élaboré en 2002 sur l'Agglomération à 18 communes, s'achève. Le futur Schéma s'intéressera désormais aux 10 communes qui ont intégré l'Agglo au 1er janvier 2014. Ces infrastructures font parties des plus gros investissements de l'agglomération. Elles sont cofinancées par l'Agence de l'Eau Loire Bretagne, et dans certains cas par le Conseil Départemental de la Charente-Maritime.

Qui fait quoi ?

L’Agglo est chargée de la production d’eau potable, du traitement des eaux usées et de l’assainissement des eaux pluviales et littorales.

Concrètement, cela signifie qu’elle produit l’eau que vous utilisez au quotidien, elle « nettoie » les eaux usées avant rejet en mer et elle fait le nécessaire pour limiter les inondations liées aux fortes pluies.

Découvrez le parcours de l'eau sur le territoire et les différents acteurs qui interviennent.

Infrastructures

L'Agglo est compétente en matière d'assainissement des eaux usées domestiques et des eaux pluviales primaires. Elle gère en ce sens les infrastructures nécessaires à leur traitement avant leur rejet dans le milieu naturel (sol, marais, rivière, mer), afin de préserver l'environnement.

Le pôle épuratoire de Port-Neuf

Il s'agit d'une réalisation exemplaire en termes technique, de concertation avec les partenaires, d'intégration architecturale et paysagère. Le choix d'une désodorisation biologique et/ou chimique de l'air vicié du bâtiment de prétraitement des eaux usées et de traitement des boues a par exemple permis de réduire les nuisances olfactives, particulièrement gênantes auparavant.

Le pôle épuratoire de Sainte-Soulle

Il recueille et traite les eaux usées en provenance des communes de l'est de l'agglomération : Dompierre-Sur-Mer, Saint-Xandre et Sainte-Soulle. Réalisation exemplaire en termes de développement durable, il met en œuvre des process technologiques de pointe qui ont totalement banni l'utilisation de produits chimiques au profit d'une épuration mécanique, physique et biologique non polluante.

Il favorise également la réutilisation des eaux épurées par infiltration dans la nappe phréatique, afin d'équilibrer les ressources en eau dont a besoin l'agriculture pendant les périodes les plus sèches. La conservation des lagunes préexistantes a permis de conserver l'aspect bocager du site et d'assurer une épuration naturelle de grande qualité. Le bâtiment à parement de bois s'intègre parfaitement au paysage et ne génère aucune odeur ni bruit pour les riverains.

Le pôle épuratoire de Châtelaillon-Plage

Il traite les eaux de Châtelaillon-Plage, Salles-sur-Mer, Saint-Vivien et Angoulins-sur-Mer. Exemplaire lui aussi, il préserve l'environnement et favorise la réutilisation des eaux épurées « propres » en les rejetant dans les marais environnants. Et non plus dans la mer comme auparavant. Cette opération sert à maintenir un bon niveau d'eau dans ces canaux intérieurs, en particulier en été.

Parfaitement intégré dans le paysage et son environnement, le site ne génère aucune nuisance visuelle, olfactive ou sonore. L'équipement a également un volet pédagogique puisque les scolaires peuvent y découvrir le traitement « sans odeur » des eaux usées et comment cette eau « propre » réalimente opportunément le marais.

Le pôle épuratoire de Marsilly

Il recueille et traite les eaux usées de Marsilly et Esnandes. Celles d'Esnandes sont transférées par l'intermédiaire d'un ouvrage constitué d'un poste de pompage moderne, performant et sécurisé, et dont l'intégration dans l'environnement urbain a été soignée. Les 2 anciennes stations d'épuration situées sur ces communes ne sont plus en service.

Les process technologiques choisis permettent d'éviter l'utilisation de produits chimiques, au profit d'une épuration mécanique, physique et biologique non polluante, et particulièrement efficace. La désinfection des eaux par rayonnement ultra-violet, par exemple, sans aucun réactif chimique, est ce qui se fait de mieux à l'heure actuelle en terme de désinfection.

Traitement des eaux usées

Tout savoir sur la chaine de traitement des eaux usées à la Communauté d'Agglomération de La Rochelle

Les eaux usées sont prétraitées, puis épurées par les bactéries. L'azote et le phosphore sont également éliminés. Une séparation se fait ensuite entre les eaux et les boues résiduelles.

Les eaux sont désinfectées avant d'être rejetées en milieu naturel. De l'autre côté, les boues sont transformées en compost, destiné à être épandu sur des terres agricoles. Chaque étape de ces processus est soumise à des contrôles.

Qualité des eaux rejetées

L'Agglo procède à un suivi rigoureux de la qualité des eaux rejetées, en particulier pour la station d'épuration de Port-Neuf, où les rejets se font en milieu marin.

Plus largement, les eaux épurées peuvent être rejetées dans le sol, dans les rivières, les marais ou en mer.

Pour tout renseignement à ce sujet, chacun peut consulter le rapport annuel sur le prix et la qualité du service public d'assainissement des eaux usées.

Branchement et raccordement

Les usagers ont l'obligation de se raccorder au réseau d'eaux usées selon des conditions et modalités décrites dans le règlement du service assainissement. Le bon raccordement de votre installation est essentiel au processus de récupération, et donc de traitement, des eaux usées.

Pour les particuliers

Les eaux admises au déversement dans le réseau d'eaux usées sont les eaux ménagères (salle de bains, cuisine, machines à laver…) et eaux vannes (WC).

2 cas de figure

Vous êtes desservi par le réseau d'assainissement des eaux usées

Vous devez faire une demande de branchement auprès du Service Assainissement, trois mois avant l'emménagement dans l'immeuble concerné. Le raccordement permettra d'amener les eaux usées de votre habitation jusqu'à la boîte de branchement du domaine public. Une fois le raccordement réalisé, il devra faire l'objet d'une déclaration de raccordement  auprès du Service Assainissement.

Si la boîte de branchement n'existe pas, vous pouvez faire une demande auprès du Service Assainissement afin de déterminer les conditions techniques d'établissement de votre raccordement.

Pour tout défaut de branchement, la redevance est majorée de 100 % jusqu'à la mise en conformité des installations (article L. 1331-8 du Code de la santé publique).

Vous n'êtes pas desservi par le réseau d'assainissement des eaux usées

Vous devez doter votre habitation d'une installation d'assainissement individuel bien conçue, bien construite et bien entretenue. Vous pouvez contacter le Service Assainissement (05.46.30.35.33) pour obtenir tout renseignement utile à ce sujet.

- Pour les installations neuves ou réhabilitées : vous devez au préalable remplir le formulaire de conception et d'implantation. Le dossier est ensuite étudié par la responsable de l'Assainissement Non Collectif, les travaux ne pourront commencer qu'une fois l'avis favorable rendu par le service. Puis, dans un second temps, une visite de conformité aura lieu sur site afin de s'assurer de la bonne execution des travaux. A l'issue de ce contrôle, un certificat de conformité vous sera délivré.

- Pour les installations anciennes ou déjà existantes : un diagnostic de bon fonctionnement et de bon entretien sera effectué tous les 6 ans. Ce diagnostic est également obligatoire dans le cadre d'une vente immobilière.

Si vous rencontrez des difficultés financières pour réaliser les travaux nécessaires à la mise en conformité de vos installations, le service assainissement peut également vous aider à trouver des solutions de financement. En particulier par l'intermédiaire du Centre d'Aide au Logement qui peut chercher pour vous des subventions auprès de différents organismes.

Participation pour financement de l'assainissement collectif (PFAC)

Depuis le 1er juillet 2012, la PFAC a remplacé l'ancienne PRE (Participation pour raccordement aux eaux usées). Cette participation n'est plus liée au permis de construire mais facturée au moment du raccordement, et selon les tarifs de l'année concernée. Elle est investie par l'Agglo dans les différents ouvrages du réseau d'assainissement.

Pour connaître le montant de la PFAC en fonction de la nature et de l'importance de la construction ou du réaménagement envisagé, contactez le Service Assainissement au 05 46 30 35 35 ou par courriel.

Pour les professionnels

Les eaux admises au déversement dans le réseau d'eaux usées doivent faire l'objet d'une autorisation spéciale de déversement.

Certains professionnels utilisent des matières premières et des produits potentiellement  nocifs, susceptibles de dégrader les ouvrages de collecte et de traitement des eaux usées, ou de nuire à la valorisation agricole des composts de boues issues des pôles épuratoires.

C'est pourquoi le raccordement de leurs installations au réseau d'assainissement nécessite des adaptations :

  • l'installation d'un ouvrage de prétraitement ;
  • la collecte de certains effluents par des sociétés spécialisées.

Tout déversement d'eaux usées autres que domestiques dans le réseau public de collecte doit faire l'objet d'une autorisation spéciale de déversement que délivre l'Agglo sous forme d'arrêté (selon l'art. L1331-10 du Code de la Santé Publique), après retour d'un formulaire complété par le professionnel.

Métiers de bouche

L'Agglo  a signé un partenariat avec la société Yellow Bio, qui récupère en porte-à-porte et valorise les huiles de friture des restaurateurs, pour un recyclage local de l'huile en biocombustible.

Ce dispositif fait suite au recyclage d'huiles de friture en carburant testé par l'Agglo dans le cadre du Projet CIVITAS-SUCCESS (2005-2009).

Dans ce cadre, un site expérimental de recyclage des huiles alimentaires usagées issues des restaurants avait été aménagé et les huiles recyclées utilisées comme biocarburant pour une partie des véhicules de la collectivité. Plus d'infos au 05 46 68 40 93 ou 05 46 68 42 55.

Pour naviguer sur le site de la Communauté d'Agglomération, veuillez mettre à jour votre navigateur ou utiliser un navigateur moderne.

Ci-dessous quelques liens de téléchargement vers des navigateurs récents :