Avec Les Héritiers de la Récup, on bricole, coud, jardine, recycle…

Avec Les Héritiers de la Récup, on bricole, coud, jardine, recycle…

Créer du lien entre les générations tout en agissant pour préserver la planète. Voilà une belle idée à laquelle Maëlle Errard a donné vie en créant Les Héritiers de la Récup. L’association organise, dans les agglomérations de La Rochelle et de l’Ile de Ré, des ateliers intergénérationnels de couture, bricolage, et jardinage, animés par des anciens, et ouverts à tous les âges, dès 8 ans. Un succès !

heritiers

« Faire se rencontrer jeunes et anciens, c'est bénéfique pour tout le monde ». Maëlle Errard, co-fondatrice et coordinatrice de l'association Les Héritiers de la Récup en est convaincue. « Et puis, on ne peut pas continuer à utiliser les ressources sans penser aux impacts sur notre environnement ! »

Alors après avoir beaucoup œuvré dans l'humanitaire en France (au sein notamment de la Banque alimentaire de Périgny) et au Vietnam, la jeune femme a embarqué avec elle trois copains, âgés comme elle d'une vingtaine d'années et aux horizons différents, pour fonder en mars 2021 Les Héritiers de la Récup.

« Notre mission est double », explique la jeune femme qui est la seule permanente de l’association. « Elle est à la fois écologique et sociale. Nous voulons, tout en favorisant la transmission des savoirs et savoir-faire et en créant des liens entre les générations, sensibiliser à notre pouvoir d'agir sur l'environnement, en réduisant et valorisant nos déchets. » Une ambition vertueuse pour laquelle l’association a déjà bénéficié de nombreux soutiens, de l’Agglomération de La Rochelle en remportant l’appel à projets « Acteurs de la transition », mais aussi du Département, de la Région, du CDIJ 17, du Rotary...

Cycles de rencontres, ateliers solidaires…

L’association organise donc des ateliers intergénérationnels de bricolage, jardinage et couture dans lesquels jeunes et moins jeunes apprennent à réparer, bricoler, recycler… Certains sont mis sur pied de façon ponctuelle, dans des tiers-lieux, comme les médiathèques ou encore La Belle affaire (recyclerie) à Aytré. Ces ateliers itinérants (le programme est consultable en ligne) sont ouverts au public, et pour certains dès l’âge de 8 ans.

L’un des derniers s’est ainsi installé à la Fabuleuse cantine, à La Rochelle, début novembre. Objectif ? Fabriquer des guirlandes de fanions en tissus 100 % récup pour la décoration du Village des Solidarités du festival éponyme, le 19 novembre prochain.

« Nous mettons également en place, à la demande, des cycles de rencontres avec des structures partenaires telles que les centres sociaux, résidences seniors, accueils de loisirs, maisons des jeunes..., autour d'un projet commun », poursuit Maëlle. Enfin, nous menons des projets solidaires au profit d'associations. En septembre, par exemple, 150 étudiants du groupe Excelia ont participé à trois ateliers : bricolage au profit d'Action contre la faim, couture au bénéfice de la Croix-Rouge et activités manuelles d’ Echo-Mer.  Les travaux réalisés ont ensuite été revendus au bénéfice d’associations ou donnés à des étudiants en difficulté.

Réalisation d’un carré potager, fabrication d’un panneau informatif, de tote-bags, de porte-clés, d’un nichoir à oiseaux, confection d’un calendrier de l’avent, de décorations de Noël…, « les projets évoluent en fonction de la demande ».

Dans un esprit de coopération

En l’espace de quelques mois, l’association s'est ainsi rapidement fait une place et un nom dans le paysage associatif des deux agglomérations. « Depuis notre création, nous avons organisé plus d'une centaine d'ateliers, sensibilisé plus d'un millier de personnes, et nous comptons aujourd'hui une quarantaine de bénévoles, animateurs et "transmetteurs de savoirs". A ce jour, une vingtaine de structures nous font confiance, à l’image du Centre social de Dompierre-sur-Mer et la résidence sénior de Puilboreau qui nous ont suivis tout de suite », se réjouit la jeune femme.

« Les ateliers se déroulent vraiment dans un esprit de coopération. On transmet, on échange, on apprend de la pratique des autres, des anciens comme des plus jeunes. Cela fonctionne dans les deux sens ! »

Les bénévoles, jeunes et moins jeunes, sont évidemment les bienvenus. « En 18 mois, nous avons réussi à tisser un bon réseau. L'aspect intergénérationnel plait beaucoup », ajoute encore Maëlle qui ne manque pas d’idées et d’énergie pour donner encore plus d’ampleur aux Héritiers de la Récup.

Les héritiers de la récup
Revenir à la liste des initiatives