Saut au contenu
Retour

Ils accueillent les étudiants du monde

Ils accueillent les étudiants du monde

Ouvrir sa porte une ou plusieurs fois par mois à un étudiant étranger, voici ce à quoi s’engagent les familles membres de l’association ADRIEM. La Rochelle, ville universitaire, compte environ 1 800 étudiants venus d’ailleurs. L’association cherche de nouvelles familles prêtes à leur faire bon accueil.

« Vous invitez un étudiant chinois à partager un repas français et, la fois suivante, c’est lui qui passe derrière les fourneaux et vous régale d’un met asiatique ». Une situation courante chez les membres d’ADRIEM et que rapporte Pierre Garnier, président de cette Association pour le Développement des Relations Internationales avec les Etudiants du Monde.

L’ADRIEM met en relation des familles de l’agglomération rochelaise avec de jeunes étudiants étrangers qui fréquentent l’université, Sup de Co ou un autre établissement d’enseignement supérieur. « Aujourd’hui, toutes écoles confondues, 1 800 étrangers étudient à La Rochelle. Ce sont principalement des Asiatiques mais aussi des Africains, des Américains du Sud ou du Nord. 91 nationalités sont recensées ». Le président d’ADRIEM espère développer le sens de l’hospitalité des familles locales vis-à-vis de ces jeunes qui sont autant de représentants des cultures du monde. « Il n’est pas question de les héberger, seulement de les accueillir de temps à autre ».

Richesse des rencontres

Chaque membre d’ADRIEM est libre de son mode d’accueil : à la maison pour un repas ; à l’extérieur pour prendre un pot ; lors d’une balade pour faire découvrir la région… « L’engagement pris au sein de l’association porte sur une rencontre au moins par mois avec un ou deux jeunes », poursuit Pierre Garnier qui se souvient du plaisir qu’il a pu avoir à tisser des liens avec des étudiants étrangers. « Nous étions très curieux, par exemple, d’apprendre d’une jeune Brésilienne comment la France était perçue dans son pays : - « le pays de la culture » disait-elle. Ou encore cette Australienne d’une région chaude de l’île-continent qui rêvait d’avoir froid et de voir la neige ». Au sein d’ADRIEM, tout le monde est convaincu de la richesse de tels échanges. « Lorsque ces jeunes retournent dans leurs pays, ils deviennent à leur tour des ambassadeurs de La Rochelle ».

Briser la solitude

La motivation première de l’association est toutefois de rendre service à ces jeunes, soudain bien loin de leurs familles et modes de vie. « On a vu des Africains restés en rade à la gare de La Rochelle le jour de leur arrivée sans savoir rejoindre l’université et sans personne pour les aider ». Aujourd’hui engagée en service civique auprès de l’association, Fatima Elouazzani se souvient de ses premières impressions. Elle est arrivée du Maroc il y a quatre ans pour étudier les biotechnologies. « Au début, on manque complétement de repères. Comment se déplacer ? Comment accomplir telle démarche ? On est un peu perdu dans un monde inconnu et, parfois, on se sent vraiment très seul ». Partager un simple repas au sein d’une famille prend alors une réelle importance. A la chaleur de l’accueil s’ajoutent quelques conseils qui facilitent l’adaptation dans ce pays nouveau.

Appel aux familles d’accueil

L’association est elle-même en mesure de dispenser certaines informations, elle est en relation avec l’Université comme avec l’Agglomération et la Ville. « Mon rôle consiste à faire connaitre l’association et mettre en relation les jeunes et les familles », déclare Fatima. Reste qu’il faudrait davantage de ces familles. En ce début d’année, ADRIEM lance un appel aux bonnes volontés. « Prenez contact avec nous, nous vous expliquerons notre fonctionnement. Cette forme de solidarité ouvre sur un partage culturel souvent très agréable», assure Pierre Garnier.

Contact :

ADRIEM (Association pour le Développement des Relations Internationales avec les Etudiants du Monde)

07 82 83 14 32 | Adresse e-mail