Retour

Le Roof devient les Cabanes Urbaines : un tiers-lieu créatif et collaboratif !

Le Roof devient les Cabanes Urbaines : un tiers-lieu créatif et collaboratif !

On connaissait The Roof, salle d'escalade et autres activités, dans le quartier de la Ville-en-Bois à La Rochelle. Le site change de nom et de dimension. 3 millions d'€ sont investis pour en faire Les Cabanes Urbaines, un tiers-lieu rassemblant coworking, espace santé, restaurant, potager participatif… sans oublier son point de départ, l'escalade ! Ses fondateurs rêvent d'un lieu coopératif et d'innovation sociale. Ils profitent de l'extension du bâtiment pour le rendre à énergie positive, raccord avec l'ambition « La Rochelle Territoire Zéro Carbone ».

Cabanes urbaines

Une cabane dans les bois, au contact de la nature. Une cabane d'enfant à l'abri de laquelle s'épanouissent les rêves, se forment des projets. Une cabane que l'on construit avec d'autres, à plusieurs. Ce sont quelques-unes des résonances que Mélanie Coyne et Benoît Lacroix perçoivent dans le mot "cabane". La leur s'agrandit fortement ces jours-ci et devient plurielle. Elle s'appelait The Roof, salle d'escalade fondée par Mélanie et Benoît il y a 7 ans. L'endroit situé dans le quartier de la Ville-en-Bois à La Rochelle a été rebaptisé Les Cabanes Urbaines et, s'il n'a pas encore sa forme définitive, son concept est, lui, déjà bien établi.

Un lieu coopératif et durable

Il s'agit d'un tiers-lieu, le premier véritablement créé sur le territoire de l'Agglomération. Un endroit où se mêlent des fonctions diverses : lieu de travail mais aussi de détente, pratique sportive et culturelle dans un esprit de coopération, maître-mot du projet selon Benoît Lacroix : « Coopérer, c'est sortir d'une logique de concurrence exacerbée où l'on est proie ou prédateur pour au contraire être attentif à l'autre, partager des compétences, favoriser des échanges qui stimulent la créativité et l'innovation". A cette volonté coopérative s'ajoute la prise en compte de la transition écologique, le souci du durable inscrit dans la conception des Cabanes Urbaines comme dans leur fonctionnement.

Plus d'espace pour chaque pôle

Concrètement, l'ancien The Roof va changer d'échelle. Il proposait déjà, outre l'escalade, des cours de yoga, du coworking, un peu de restauration, l'accueil de La Ruche qui dit Oui et d'associations telles que Vive le Vélo, la participation à divers événements : Francofolies, Écran Vert et d'autres. Tout ceci va perdurer, se renforcer et s'étendre en même temps que le lieu va s'agrandir, passant de 1 200 à 3 000 m² avec la création de 2 nouveaux étages sur une partie du bâtiment. Un nouveau volet dédié à la santé avec des professionnels des médecines douces y prendra place. La salle d'activités de type yoga passera de 80 à 250 m², le coworking bénéficiera de nouveaux espaces de même que le "restaurant des cabanes" cuisinant des produits locaux, de saison et si possible bio.

Les amateurs de grimpe ne sont pas oubliés. Ils bénéficieront à l'avenir d'un  mur d'escalade en extérieur de 20 mètres de haut, comme un petit bout de montagne face à la mer, complétant le rêve de départ des passionnés d'escalade que sont Mélanie Coyne et Benoît Lacroix.

Une conception bas-carbone

Le chantier est à présent engagé pour donner aux Cabanes Urbaines leur pleine dimension. Cette extension chiffrée à 3 millions d'€* se veut écoresponsable, utilisant le plus possible de bois bruts et matériaux biosourcés. « Grâce à l'installation de 350 m² de panneaux photovoltaïques, nous produirons plus d'énergie que nous en consommerons, dans la logique de La Rochelle Territoire Zéro Carbone", souligne Benoît Lacroix. Une forte place est aussi accordée au végétal, autour et sur les murs du bâtiment et dans ce potager qu'entretenaient déjà les membres d'une association d'usagers du Roof. Le potager voit sa surface augmenter de façon substantielle à l'arrière des Cabanes.

Convergences à la conciergerie

Sous cette enveloppe qui se veut accueillante et évolutive, chaque espace aura désormais son nom : Camp IV pour l'escalade, Le Dôme pour l'espace bien-être (yoga n'co), Le Refuge pour l'espace santé, Le restaurant des Cabanes, plus tard sa boutique, Le Bivouac pour le coworking et la conciergerie.

Celle-ci figure le point d'accueil, d'animation, de mise en relation des occupants et usagers du site. "Pour moi le concierge est ce personnage qui connaît tout le monde dans l'immeuble, vérifie que les choses se passent bien pour chacun. Il veille aussi sur le lieu, remplace l'ampoule manquante à tel endroit etc", décrit Benoît Lacroix. "Notre conciergerie sera le pivot des cabanes, on y expliquera le concept aux arrivants, on s'emploiera à créer du lien, des synergies entre les personnes et activités pour faire vivre le projet". Lequel n'est pas figé, il a vocation à se construire collectivement et prévoit également la programmation d'événements.

Le nouveau site devrait être opérationnel à l’été 2022. Ce développement doit générer la création d'emplois directs. L'équipe de Benoît et Mélanie comptera 9 salariés à la fin de l'année, 23 sont escomptés fin 2022.

* Cet investissement de 3 millions d'€ est financé par un collectif d'investisseurs privés dont les fondateurs et leurs associés au sein de la SAS Escal'Bloc qui exploite les lieux.

Revenir à la liste des initiatives