Retour

Maxent, 16 ans, reporter pour la planète

Maxent, 16 ans, reporter pour la planète

La jeunesse se bouge pour l’environnement ! A La Rochelle, Maxent Foulon, 16 ans, fait partie des jeunes qui utilisent les réseaux sociaux pour créer et partager des messages appelant au respect de la nature, à la sobriété, à de nouveaux comportements. Plutôt doué pour l’audiovisuel, Maxent a déjà acquis une certaine audience sur Internet.

maxent

Il a le vif débit de parole des jeunes passionnés, de ceux qui ont trouvé leur vocation avant même l’adolescence. Plus tard, Maxent, 16 ans aujourd’hui, se voit journaliste reporter d’images. Il se rêve un genre d’Hugo Clément sur France2 - son idole - et déjà comme lui, il braque ses objectifs sur les sujets environnementaux. « Pas tous ! L’environnement, c’est tellement large ; il y a le climat, la biodiversité, l’alimentation, le bien-être animal… On ne peut pas se mêler de tout ! Moi, je me focalise sur les déchets ». Maxent Foulon en a fait le thème de sa vidéo baptisée « Notre Avenir Commence Maintenant ». Les 42 000 vues sur sa page Facebook lui donnent de l’élan pour se projeter vers cet avenir d’influenceur en faveur de la planète.

Mes parents me soutiennent

« Ce n’était pas la première vidéo que je mettais en ligne sur ma page Max’s Report», indique cet élève de 1ère au lycée Vieljeux. « J’ai commencé avec des reportages de vacances ». En particulier de très belles images d’un voyage en Bretagne qui, déjà, avaient attiré 10 000 visiteurs sur la page de Maxent. « Je travaille les plans, les retouches couleur, le montage, la musique, j’essaie d’obtenir le meilleur rendu ». Un apprentissage en autodidacte : « Je suis des conseils de youtubeurs, je regarde beaucoup de reportages. J’ai la chance d’avoir des parents qui comprennent ma passion et me soutiennent. Ils m’aident à m’équiper avec du bon matériel. J’ai ainsi pu acquérir un drone. » Ses parents privilégient les vacances en mode « tourisme lent » à la découverte des volcans d’Auvergne, les lacs du Jura... « C’est là que j’ai pris conscience. Quand vous êtes entourés de paysages splendides, la pollution des déchets vous saute aux yeux. J’ai pensé que si je pouvais atteindre 10 000 personnes avec de belles vues de Bretagne, ce serait aussi bien de profiter de cette audience pour faire passer un message ».

Des commentaires encourageants

Maxent s’est tourné vers son environnement immédiat, le littoral rochelais et alentour, pour filmer les résidus en plastique qui encombrent les plages, les mégots jetés au sol qui finissent à la mer. « Chaque mégot pollue 500 litres d’eau ». Sa vidéo montre aussi les efforts de l’association Les Mains dans le Sable dont les bénévoles organisent chaque mois des opérations de ramassage. Cette vidéo « Notre Avenir Commence Maintenant »* a d’abord valu à Maxent la bonne surprise d’un élargissement de son audience. Son petit film de 5 minutes a vite dépassé les 40 000 vues. « J’ai été touché par des commentaires très positifs. Pas seulement pour m’encourager mais aussi pour partager, raconter d’autres actions, d’autres prises de conscience, ça donne de l’espérance », confie le jeune lycéen. D’une diffusion sur les réseaux sociaux, sa vidéo est ensuite passée en salles lors d’événements comme le Festi’PREV de l’Agglo de La Rochelle ou le festival Lumexplore de La Ciotat, fréquenté par des gens tels Nicolas Hulot ou Jean-Louis Etienne. Le jury 2019 de Lumexplore a accordé à Maxent un coup de cœur. « Ça m’a donné confiance et conforté. Ça m’a aussi appris à prendre la parole en public ».

Une nouvelle vidéo zéro déchet

Maxent Foulon n’avait cependant pas attendu ces reconnaissances (+ celle du meilleur jeune reporter français pour l’environnement de l’association Terragir) pour s’attaquer à son projet suivant : la réalisation d’une vidéo sur la réduction des déchets. Le jeune s’appuie là aussi sur des ressources locales, faisant intervenir Julie, ambassadrice du tri de l’Agglomération, ou Lucile qui tient des « écologites » à Tasdon. Le court-métrage de 8 minutes se nomme « Solution zéro déchet ». Il fait la part belle aux cinq R : « Réduire, Réutiliser, Réparer, Recycler, Refuser (par exemple les pailles en plastique au café ou les sacs en plastique dans les commerces) ». La vidéo est terminée mais elle n’est pas encore en ligne. Maxent souhaite d’abord la réserver à des diffusions en salle, dont la première aura lieu le 14 décembre prochain à 14h30 à l’auditorium du Musée Maritime. « Les réseaux sociaux ne permettent pas de vrais débats, de vraies rencontres ». Le jeune homme espère trouver d’autres occasions de projections en salle pour stimuler les échanges autour du zéro déchet. Merci à lui de nous donner un si bel exemple !

*La vidéo primée de Maxent sur sa page Max’s Reports :

Revenir à la liste des initiatives