Retour

Une famille motivée et motivante !

Une famille motivée et motivante !

Déjà sensibles aux enjeux environnementaux, Julia et Jérémy ont trouvé dans le défi Familles à Energie Positive l’occasion de mettre en pratique des façons de limiter leurs consommations d’énergie et d’eau. Ils ont aussi relevé le défi Familles à (presque) Zéro Déchets pour réduire le poids de leurs poubelles. Dans le lycée de Jérémy, les jeunes s’impliquent également pour le climat et la biodiversité.

Famille zéro déchet face à un composteur

« En vert et pour tous » ! Voici le joli nom adopté par l’équipe de Julia Perrot dans le cadre du défi Familles à Energie Positive (FAEP). Cette maman d’un garçonnet de deux ans a su entraîner son conjoint Jérémy Sternbach et ses amis dans ce défi*. « Il a joué comme un déclencheur », déclare-t-elle. « Nous faisions déjà un peu attention, conscients de l’impact écologique de certaines consommations, mais là, nous sommes vraiment passés au concret ».

15% d’économie sur le gaz et l’électricité

Julia et Jérémy ont commencé par réaliser quelques investissements : « nous avions intérêt à le faire, nous habitons une maison des années 60 qui est une vraie passoire thermique ». Le couple a fait restaurer la porte d’entrée qui laissait passer le froid. A la cave, il a camouflé les conduites d’eau de la chaufferie au gaz qu’il a couplé à un thermostat. « Quand on est absent dans la journée, le chauffage baisse et le soir, il revient sur 19°. Ça nous suffit. Il vaut mieux mettre un pull que consommer davantage de gaz ». Résultat : une baisse de déjà 15% de la consommation de gaz et d’électricité, cette dernière en partie gagnée en débranchant les appareils en veille. « L’organisation du défi nous avait prêté un wattmètre pour mesurer les consommations de la machine à laver, l’ordinateur, la télé...  On a vraiment pu vérifier qu’en veille, ça continuait à consommer. Du coup, on a tout branché sur des prises avec interrupteurs, faciles à éteindre dès qu'on ne se sert pas des appareils ».

Réduire aussi ses déchets

Julia est également satisfaite des économies d’eau réalisées grâce aux régulateurs de débit installés sur ses robinets. Une technique qu’elle a importée au bureau - elle travaille dans une agence de paysagistes concepteurs - de même que l’habitude d’éteindre les appareils en partant. « Quand on est pris dans le défi FAEP, on en parle beaucoup autour de soi. Je n’ai pas eu de mal à convaincre mes collègues ». C’est surtout dans le second défi, celui qui porte sur la réduction des déchets, que la famille Perrot – Sternbach s’est fortement investie et a fait des émules. « Nous achetons le plus possible en vrac. Nous avons des sacs en tissus réutilisables pour transporter les denrées. Pour les déchets organiques, nous avons installé un lombricomposteur dans notre cave, faute de place dans notre petite cour. Au bureau par contre, comme nous disposons d’un petit jardin, nous y compostons désormais nos restes de repas, le café, le thé que nous achetons aussi en vrac ». Quant aux timbales en plastique pour les boissons, elles sont totalement bannies au profit de tasses et de verres.

Le couple motive ses copains

 « Nous essayons en particulier de nous détacher du plastique », affirme Julia. « Nous privilégions les contenants en verre et, pour la douche, nous utilisons du savon plutôt qu’un gel en flacon». Le samedi matin, le couple retrouve ses copains au marché, engagés ou non dans le défi. « Comme nous sommes très impliqués, nous échangeons beaucoup à ce sujet. Nous motivons nos copains qui, à leur tour, nous passent des tuyaux : par exemple, tel producteur au marché vend du jus de pommes en bouteilles et reprend celles qu’on lui rapporte… » explique Jérémy. Peu à peu et au-delà du défi, Julia et Jérémy gagnent à leur pratique de nouvelles personnes. « L’avantage de la participation au défi FAEP et au défi déchets, ce sont les outils mis à notre disposition pour avancer, mesurer les progrès, profiter de conseils, bref, être stimulés » estime Julia Perrot.

* Le 3ème  défi « Familles à Energie Positive » proposé par l’Agglomération de La Rochelle s’est déroulé entre le 1er décembre et le 30 avril. 76 familles étaient inscrites cette année (31 pour le défi déchets). Bilan en moyenne : 54 000 kWh économisés (12%), 10 tonnes de CO2 évités (14%) et environ 30%  de déchets en moins. En savoir plus sur cette initiative.

Une « vague verte » au lycée

Jérémy Sternbach est l’un des référents jeunesse de la Région Nouvelle-Aquitaine auprès des lycéens. Dans l’établissement dans lequel il travaille, un groupe de jeunes impliqué dans les différentes marches pour le climat a souhaité créer un club environnement. « Mon rôle est d’apporter un appui logistique et administratif aux initiatives lycéennes. J’ai donc soutenu la création de ce club que les jeunes ont choisi de nommer «Vague Verte». Ce collectif au sein du lycée Vieljeux tente d’élargir la prise de conscience sur les enjeux écologiques et les nouveaux comportements à adopter, tels ceux de Jérémy dans le cadre du Défi Familles à Energie Positive. « Il m’arrive d’échanger là-dessus avec les jeunes, de raconter par exemple comment à la maison nous avons réduit drastiquement nos consommations d’eau, mais mon rôle est avant tout de soutenir leurs propres initiatives. » Le club Vague Verte a déjà organisé plusieurs débats pour la communauté lycéenne. Fin mai, il prévoit une clean walk (marche propre) aux alentours de l’établissement pour ramasser les déchets. Il accueille également en mai, au lycée, 2 expositions prêtées par l’Agglomération, l’une intitulée « le climat vu de ma fenêtre », la seconde « le revers de mon look », organise une zone de gratuité, une sensibilisation au Furoshiki et un atelier de fabrication de cosmétiques avec le collectif zéro déchet. Une belle énergie !

Informations sur la page Facebook « Collectif Vague Verte ».

Crédit photo : Franck Moreau