Retour

Une nouvelle localisation pour le futur Conservatoire

Une nouvelle localisation pour le futur Conservatoire

Une nouvelle localisation pour le futur Conservatoire

Le futur Conservatoire de Musique et de Danse prend une nouvelle direction. Le projet de construction sur l’îlot Joffre, à La Rochelle, a en effet été abandonné en raison de sa complexité et d’un surcoût de 4 M€ sur l’enveloppe initialement prévue. L’Agglo opte pour la réhabilitation du bâtiment Chasseloup-Laubat, rue Porte-Dauphine, moins coûteuse au final et d'un meilleur bilan carbone.

conservatoire

Depuis 2002, le Conservatoire de Musique et de Danse, à rayonnement départemental, relève de la compétence de l’Agglomération. Il accueille plus d'un millier d'élèves et figure comme tête de pont du réseau des écoles de musique et de danse du territoire. Voici plusieurs années que la collectivité envisage pour lui une nouvelle enceinte, mieux adaptée, plus accessible, un lieu unique pour les instrumentistes et les danseurs qui sont aujourd'hui accueillis sur deux sites différents.

Le projet de Conservatoire sur l'îlot Joffre, à La Rochelle, a un temps tenu la corde mais il a été abandonné en raison de sa complexité et d’un surcoût de 4 M€ sur l’enveloppe initialement prévue. L’Agglomération opte finalement pour la réhabilitation de l’ancienne caserne Chasseloup-Laubat, rue Porte-Dauphine. Elle s’est portée acquéreur de ce bâtiment, aujourd’hui inoccupé, appartenant à l’État.

Si, à première vue, le coût global de cette réhabilitation est plus élevé (aux alentours de 19,4 M€), la part des subventions prévues (5 M€) est double par rapport au 1er projet, dans la mesure où il s'agit justement d'une réhabilitation mieux soutenue par l’État mais aussi la Région, l'Ademe et le FEDER. La facture sera donc moins lourde pour l’Agglo.

Ce nouveau projet présentera un bilan carbone bien inférieur à celui de l’îlot Joffre, une réhabilitation émettant moins de carbone qu’une construction.

Cet élément compte pour un territoire engagé dans une démarche zéro carbone, tout comme le fait que le bâtiment Chasseloup-Laubat dispose déjà d'un forage géothermique profond fournissant une énergie renouvelable.

Par ailleurs, l'achat du site à l’État permet d'y sauvegarder un bel espace arboré jouant à plein son rôle de poumon vert.

Le calendrier du projet est en cours d’élaboration.

A noter que le devenir du site initialement prévu sur l'îlot Joffre (intersection de la rue de Périgny et du boulevard Joffre) est à l'étude.

Revenir à la liste des actualités