Retour

Des étudiants aux p’tits soins des vélos

Des étudiants aux p’tits soins des vélos

Et si des bornes d’autoréparation pour les vélos étaient proposées en libre-service ? Les nombreux cyclistes de l’agglomération rochelaise apprécieraient certainement. Une équipe d’étudiants de l’école d’ingénieurs EIGSI y travaille. Elle a déjà créé un prototype, surnommé BikeDoctor.

Elève en 4ème année de l’école d’ingénieurs EIGSI, Alban Dezwarte a choisi la spécialisation énergie–environnement. « J’ai envie de travailler plus tard sur le durable, l’économie circulaire, concevoir des objets ou des fonctions qui tiennent compte de l’état des ressources », déclare l’étudiant. Dans le cadre de son cursus, il doit en 2018 mener avec d’autres élèves un projet alliant innovation et sens de l’entreprenariat « Nous avons pensé à quelque chose autour du vélo. La ville s’y prête bien et cela nous permet de poursuivre un projet technique que nous avons commencé l’an dernier ».

Une idée finlandaise

En 3ème année, Alban et trois autres étudiants ont en effet créé le premier spécimen de ce qu’ils nomment un BikeDoctor. « Cette idée nous est venue d’un étudiant plus âgé qui revenait de Finlande et avait vu là-bas ces sortes de bornes publiques équipées pour la réparation des bicyclettes. Ça n’existe pas ici ». Alban Dezwarte aidé de Yann Cani, Lucas Mauduit et David Beck ont alors cogité la conception d’un outil semblable. « La majorité des étudiants de l’école se déplace à vélo, c’est le moyen le moins couteux. Nous sommes bien placés pour savoir qu’on a rarement avec soi une pompe pour regonfler ou le matériel pour les petites réparations. »

6 outils à disposition

Avec le modeste budget qui lui était alloué – pas plus de 400 € - la petite équipe a donc conçu puis usiné l’an dernier un modèle de borne d’autoréparation de cycles. Celle-ci a pris la forme d’un support métallique d’1,70 m sur 20 cm de large d’où émergent deux tubes de fixation pour accrocher le vélo. « La borne est munie d’une pompe qu’on actionne avec le pied, c’est très pratique », démontre Alban. A l’intérieur du tube, on trouve aussi des démonte-pneus, une clé allène, une clé multifonction, un tournevis… « les outils dont on a besoin lorsqu’on veut resserrer ses freins, changer sa chambre à air. Ils sont fixés à la borne par de solides filins. Personne ne partira avec. Cette borne est conçue pour une utilisation en libre-service ». Depuis le mois de septembre, elle sert aux élèves de l’Eigsi qui en connaissent l’existence. « Pour l’instant, elle est implantée à l’arrière du bâtiment et les retours des premiers utilisateurs sont positifs. Ils trouvent le BikeDoctor pratique, en particulier pour regonfler leurs pneus. Ils aimeraient qu’il soit situé plus près des arceaux à l’entrée de l’école. »

2ème phase, le déploiement

Choisir de bons emplacements, voici l’un des sujets sur lesquels planchent à présent les élèves ingénieurs. Car ils imaginent une belle descendance à leur premier BikeDoctor et, surtout, de pouvoir en implanter quelques-uns à La Rochelle. « Il nous faut trouver un logo pour les rendre visibles et, avant-cela, le métal pour les bornes. Nous voulons partir de matériaux de récupération, dans l’esprit de l’économie circulaire ». Un ou deux anciens lampadaires urbains ou de vieux mâts de bateaux feraient l’affaire des étudiants. « Nous sollicitons aussi des subventions ou du sponsoring pour acheter les outils ». La trame est sur le métier, Alban et ses copains ont jusqu’à la fin de l’année pour mener à bien un projet qui, ils l’espèrent, « incitera encore plus de gens à se déplacer à vélo ».

A noter :

L’atelier Les Petits Clous

A La Rochelle, l’association Vive le Vélo anime depuis plusieurs années un atelier d’autoréparation de vélos baptisé Les Petits Clous. Celui-ci est ouvert tous les premiers samedis du mois, l’après-midi, à l’ancienne école Dor, rue Saint Jean du Pérot à La Rochelle. Les bénévoles de l’association vous accueillent et vous apprennent à réparer et entretenir votre bicyclette. Les Petits Clous proposent aussi le marquage des vélos et les bons gestes qui permettent d’éviter les vols. L’atelier réparation de Vive Le Vélo se déplace parfois lors d’événements organisés par d’autres associations. « Nous sommes dans l’esprit du recyclage. Un bon entretien permet de garder très longtemps un vélo, même ancien » affirme Antoine Rachmuhl, co-responsable de l’association.

Le baromètre des villes cyclables réalisé par la Fédération des Usagers de la Bicyclette (FUB) a placé La Rochelle en tête des villes cyclables de la catégorie des villes entre 50 000 et 100 000 habitants, elle est aussi classée 1ère ville de la région Nouvelle Aquitaine. Cette enquête approfondie menée pour la 1ère fois par la FUB est fondée sur le ressenti de plus de 113 000 personnes à l’échelle nationale. Elles ont répondu à un long questionnaire sur les bons points comme les points noirs du déplacement en ville, du point de vue des cyclistes.

+ d’infos ici : www.agglo-larochelle.fr/-/tous-en-selle-