Retour

Vers un Noël « poids plume » pour l’empreinte carbone

Vers un Noël « poids plume » pour l’empreinte carbone

Période de grande consommation, les fêtes ne sont pas réputées pour être économes en dépense d’énergie ni en production de déchets. Il est pourtant possible de faire sobre sans rien gâcher du plaisir d’offrir et de partager des moments conviviaux. Voici un petit « digest » des idées à creuser pour un Noël bas carbone.

noel

Alléger l’empreinte des cadeaux

Le déchet le moins lourd étant celui qu’on ne produit pas, les cadeaux immatériels semblent une bonne opportunité à qui veut préparer un Noël écologique.

Offrir une place de ciné, de théâtre, une entrée à une exposition, un bon pour un resto, pour une soirée de baby sitting ou un week-end thalasso, chacun peut trouver à offrir selon ses moyens et les affinités de celui qui reçoit. L’idée est tout aussi valable pour les petits, spectacles jeune public, sorties accrobranche, abonnement à une activité… il y a toujours moyen d’offrir de l’immatériel.

Quant aux jouets, pourquoi ne pas opter pour de l’occasion ? Certains jouets ont la vie dure, en particulier s’ils sont en bois et pour les plus grands, le « vintage » est tendance. Beaucoup de créateurs locaux utilisent des matériaux de récupération. On trouvera certains d’entre eux sur le marché de Noël le long du cours des Dames, d’autres réunis dans la boutique Cfées Main rue Saint Sauveur à La Rochelle, d’autres encore auprès de la boutique Remise à Flot du quai Maubec, entre autres idées « récup ».

Pour emballer vos cadeaux, vous pouvez opter pour du papier journal, joliment décoré avec un ruban de rafia et des végétaux. Les emballages tissus peuvent aussi être du plus bel effet : tissus d’occasion, élégamment noués grâce à la technique d’emballage japonaise le Furoshiki. L’emballage peut faire partie du cadeau, et être réutilisé au fil des années !

La déco basse conso

Les plus doués pourront aussi confectionner eux-mêmes leurs cadeaux. Si on ne se sent pas de taille à se lancer dans le « fait maison » on peut au moins le tenter pour des emballages durables. En effet, les papiers cadeaux constituent une importante source de déchets à Noël et ils sont difficilement recyclables (papiers pailletés, plastifiés) ; on peut les remplacer par des morceaux de tissus, des chutes de papier peint, du papier journal rehaussé d’un ruban, c’est le moment de laisser parler son imaginaire, comme pour la déco de la maisonnée.

Le traditionnel sapin peut lui aussi être fait maison, en bois, en carton ou autre. Mais si l’odeur de l’épicéa est à vos sens inséparables de Noël, l’important sera de rapporter le sapin en déchèterie pour qu’il soit recyclé, ou encore place de Verdun à La Rochelle ; un espace de récupération est prévu à cet effet. Concernant les guirlandes lumineuses, il existe des modèles « led » de moindre consommation.

Pour la table des jours de fête, on évitera à tout prix les assiettes et les nappes jetables.

Le repas « made in » ici

Combien serons-nous à table ? La surabondance n’est pas, on le sait, nécessaire aux réjouissances. On veillera en ces temps de fête à éviter comme à l’ordinaire le gaspillage alimentaire. S’il y a des restes, autant les partager avec les convives.

Pour un repas de Noël "écolo", on s’efforcera aussi d’acheter les denrées locales, ce qui épargne les émissions de CO2 dues aux longs transports. On s’approvisionnera le plus possible auprès des producteurs du secteur*, ceux qui vendent en direct ou sur les marchés de l’agglomération. Pour le poisson, on optera pour des espèces de saison et labellisées MSC (marine stewardship council). Ça tombe bien, c’est la saison des coquilles saint jacques, des huîtres bien sûr et de la lotte, daurade, encornets… il y a de quoi faire. 

Les déchets bien triés

Durant les fêtes, on ne baisse pas la garde concernant le tri des déchets, les emballages recyclables dans le bac jaune, les déchets organiques pour le compost (si on en a la possibilité), le verre et les textiles en direction des conteneurs adéquats répartis sur le territoire.

Sachez qu’il est possible – et même souhaitable – de réserver ses coquilles** d’huitres, moules et autres mollusques pour les rapporter en déchèterie. Elles seront ensuite destinées à Ovive, une entreprise installée à Périgny qui recycle ces coquilles et les destinent à l’alimentation animale ou les transforme en paillages décoratifs. 

Enfin les bouchons de liège, matériau 100% recyclable, sont récupérés cette fois par l’association Echo-Mer. On trouve leur collecteurs dans les déchèteries de l’Agglo, également dans certaines boutiques (ex : celles de Biocoop) et restaurants. Les bouchons sont ensuite transformés en isolant thermique ou garniture pour coussins. En savoir + sur cette collecte du liège

** Sont interdits en revanche : les serviettes en papier, rince-doigts, citron, langoustines, carapaces de crabes, crevettes, restes de mollusques...

Quelques liens utiles :

Les idées de fêtes de France Nature Environnement :

* où se fournir chez les agriculteurs bios du département :

Toutes les infos sur les horaires d’ouverture des déchèteries :

© Freepik